« Château de Labro »

Dans l'Aveyron, le charme d'un château du XVIème siècle restauré et décoré par un couple de grands voyageurs, passionnés d'antiquités et chineurs invétérés et la beauté tranquille de la campagne environnante pour des séjours inoubliables !

↓ Passez votre souris sur les images et faites apparaître les légendes↓
La façade antérieure du Château de Labro, maison d'hôtes de charme en Aveyron
  • Orientée, plein Sud, la façade antérieure du Château de Labro, avec sa tour engagée renfermant l'escalier tournant et une de ses échauguettes accrochée à l'angle du bâtiment.
    À l'arrière, on aperçoit l'ancienne maison du métayer.

L'ancienne maison du métayer au Château de Labro, maison d'hôtes de charme près de Rodez
  • L'ancienne maison du métayer construite en pierre de pays avec sa belle toiture de lauzes à croupes et lucarnes abrite aujourd'hui dans ses étages sept chambres d'hôtes.
À sept minutes de Rodez, le Château de Labro, édifié au XVIème siècle par une riche famille de commerçants, est aujourd'hui une demeure raffinée et accueillante dans un domaine calme et verdoyant de quatre hectares.

Cette métamorphose est l'œuvre de Nizou et Jean Rouquet. Tombés sous le charme, ils achètent en 2001 le château faisant partie d'un domaine plus vaste longtemps délaissé.

D'une propriété morcelée, Nizou et Jean Rouquet recomposent, restaurent et réinventent une maison d'hôtes raffinée

Le couple fait l'acquisition petit à petit du reste de la propriété morcelée.

Ainsi dans un second temps, ils prennent possession de la ferme et de la métairie.
Puis, c'est au tour de la grange de retrouver l'entièreté originelle ainsi que l'ancien verger, la maison du métayer et les anciennes écuries.

La façade de l'ancienne maison du métayer
  • La façade de cette bâtisse est ordonnancée et symétrique. Deux lucarnes couronnent les deux travées intermédiaires tandis que la travée centrale est réservée à l'entrée principale de la maison surmontée par une marquise en zinc. Cette dernière est le fruit d'une idée ingénieuse de Jean Rouquet qui a chiné une ancienne marquise vitrée. Après que le vitrage ait été supprimé, le propriétaire a fait poser des éléments de zinc laminés et des anciens lambrequins.
  • Une vieille brouette en bois emplie d'un lot de bois de renne chiné par Jean Rouquet au marché aux puces de Saint-Ouen à Paris.

Tout comme les acquisitions qui se font avec le temps et méthode, la rénovation du bâti se réalise avec soin, patience, passion également et toujours dans les règles de l'art.
Pour Jean, c'est un retour au pays.
Aveyronnais de naissance, celui-ci est parti pour la Côte d'Azur afin d'exercer son métier d'audioprothésiste et créer sa société.

  • Ancienne grange, la salle des petits déjeuners sous sa charpente en chêne et châtaigner du Lot nous dévoile une décoration époustouflante.
    Au fond, on aperçoit sous son plafond voligé, le salon avec sa cheminée à foyer ouvert.

  • Dans la salle des petits déjeuners, une toile datant de 1922 de Serpantié, un peintre ruthénois coutumier des scènes pastorales.
    Des chaises encapuchonnées de toile à matelas entourent une table de créateur.
    Une harmonie de bleus se décline dans un ancien jeu de quilles, un vase Médicis, une cage à furet posée sur un banc, un pavillon de gramophone et l'œuvre du peintre.
Sa réussite dans ce domaine l'a éloigné de l'Aveyron depuis de nombreuses années quand il se met à la recherche d'une maison de famille dans la région de Rodez.

Jean apprend alors que le Château de Labro situé à Onet-le-Château est à vendre et le fait découvrir à sa femme qui tombe sous le charme également.
Pour le couple, l'occasion est trop belle de redonner vie à cet endroit oublié depuis une trentaine d'années et de concrétiser ici ce retour au pays.
De plus, de part la taille et le potentiel du lieu, Nizou et Jean qui aiment recevoir et échanger, décident de créer des chambres d'hôtes.

Depuis toujours, Jean est un amoureux des vieux objets

Passionné d'antiquités et des brocantes, Jean sillonne l'hexagone avec son épouse afin d'acquérir des objets et du mobilier dans des salles de vente mais aussi auprès d'antiquaires.

  • Le salon est décoré d'objets et mobilier chinés. Des bois de rennes habillent la retombée du plafond et s'entremêlent selon une idée ingénieuse de Jean Rouquet.
  • Comme des campanules suspendues à la charpente de la salle des petits déjeuners... un détournement très original de pavillons de gramophones en luminaires.
  • Sous un œil de bœuf en zinc placé en second jour à l'étage, une superbe porte vitrée avec imposte se transforme en une cloison jouant la transparence et confère au salon son intimité.
  • Une chambre à raisins également appelée "fruitier" est détournée ici en un bel élément de décoration. Utilisé au XIXème siècle, ce fruitier permettait de conserver des grappes de raisins, après leur cueillette, dans des petites bouteilles remplies d'eau et de maintenir toute leur fraîcheur durant plusieurs mois, généralement jusqu'aux fêtes de Noël.
Idée à retenir :

Dans la spectaculaire salle des petits déjeuners, les nombreux plafonniers en forme de campanules sont en fait des pavillons de gramophones chinés par Jean Rouquet au fur et à mesure de ses nombreux voyages. Leur taille, leur forme et leur couleur varient en fonction de ses découvertes et leur multiplication participe largement à cette ambiance si particulière et carrément magique !
Véritables luminaires, ces pavillons sont électrifiés et simplement fixés à la charpente par un filin à différentes hauteurs.

Le château leur tenant lieu de résidence personnelle dans ce projet tourné vers le tourisme, celui-ci est restauré en premier. Par la suite, leur projet de maison d'hôtes prend corps dans l'étage supérieur de la vieille demeure par la création de trois chambres dont la plus théâtrale est sans nul doute "De Creato".

  • Cette chambre à raisins est postérieure à 1865, date à laquelle le procédé de conservation mis au point par Baptiste-Rose Charmeux s'améliore par l'utilisation de petites bouteilles en verre sur des râteliers inclinés, avant cette date on utilise des petits tubes en zinc, puis en grès.
  • Une œuvre du sculpteur Jean-Paul Douziech, en bronze patiné et pleine d'humour, baptisée "B'œuf".

Un piano-forte Charles X se met en scène dans les tons gris, rouge et bois naturel de cette vaste chambre qui profite des deux échauguettes de la façade Est du château dont l'une d'elles tient lieu de salle d'eau.
Jean demande à Gisèle Rivière d'être à ses côtés pour la gestion de ces premières chambres, nous sommes en 2005.
La maison d'hôtes ouvre ses portes en 2005

Dans cette même année, nos hôtes créent une piscine au milieu d'un verger clos de murs en pierre qu'il plante de vignes dans l'intention d'élaborer un petit vin blanc pour accueillir ses hôtes.

  • Perchée dans un chêne centenaire avec vue sur la campagne environnante, la cabane en cèdre abrite la chambre "La Canopée"... un rêve d'enfant.
    Sur la droite, le pignon de la longue grange réservée aux réceptions, mariages et séminaires.

  • À l'intérieur de "La Canopée" décorée dans un esprit XVIIIème : lustre à pampilles, bois patinés et meubles chinés.
D'autres chambres d'hôtes prennent place au gré des acquisitions et au fil des années dans les dépendances. De quelques-unes au départ, ces chambres sont maintenant au nombre de quatorze.

Des tableaux au charme fou, des scènes fascinantes

Jean consacre beaucoup de temps à rechercher des objets et du mobilier d'époque avec notamment une passion pour le XVIIIème. C'est ainsi qu'il collectionne, amoncelle un vrai trésor dans lequel il puise avec un plaisir non retenu pour agencer ses chambres et son intérieur. Fréquemment détournés, des objets ou des éléments de décoration composent des tableaux au charme fou, des scènes fascinantes.
Tous ces objets du passé ont une histoire et sont choisis avec justesse.
Certaines associations sont littéralement captivantes et font comprendre le dessein de Jean qui avoue volontiers vouloir faire rêver ses hôtes dans cet écrin raffiné et exceptionnel.

  • Détails de la décoration de la chambre dans la cabane, objets et mobilier chinés.

L'année 2006 voit l'aménagement de la longue grange à l'arrière du domaine pour des réceptions, des mariages et d'autres festivités.
Sous sa charpente authentique, une grande salle de 400 mètres carré quasiment surréaliste s'orne de deux immenses lustres en cristal.
Nizou et Jean acquièrent la maison du métayer et y réalisent sept chambres supplémentaires dans lesquelles la décoration est le fruit d'une alchimie entre le contemporain et l'ancien. Dans une chambre baptisée "Douziech", le sculpteur éponyme a été invité à imaginer et réaliser la décoration.

  • La cuisine des propriétaires, dans le château, est entièrement décorée d'objets et mobilier chinés.
    Au fond, un "Bull-terrier", sculpture en bois, plâtre et métal de l'artiste Jean-Paul Douziech.
  • Détail de la décoration champêtre de la cuisine.
  • Derrière un vieux fauteuil club, une collection d'anciennes cruches émaillées et une jarre nervurée.

  • Petites jarres, cruches et pots à graisse collectionnés prennent place sur un buffet Louis-Philippe en compagnie de chandeliers en bois patiné.
L'élément le plus important est bien évidemment ce lit au milieu de la pièce, création unique qui offre aux hôtes l'occasion de dormir dans une œuvre d'art.
Si Jean-Paul Douziech expose à deux reprises l'année suivante au Château de Labro, quelques-unes de ses œuvres peuvent s'acquérir de façon permanente dans cette chambre comme dans la salle des petits déjeuners où Jean Rouquet est susceptible également de vendre certains de ses objets chinés en fonction des demandes.

Le décor d'exception de la salle des petits déjeuners oscille entre cabinet de curiosités et relais de chasse

La grande salle des petits déjeuners est sans conteste, la pièce maîtresse de la demeure avec sa haute charpente en chêne dans laquelle se suspend en guise d'éclairage une multitude de pavillons d'anciens gramophones... simplement magique !

  • Au fond de la cuisine, cuisinière en fonte, foyer à feu ouvert et billot s'installent dans le renfoncement de la grande hotte.
  • Parmi les cuivres de cuisine, une ancienne balance d'épicerie est posée sur un billot.

Dans ce décor d'exception qui hésite entre cabinet de curiosités ou relais de chasse, une grande toile du peintre aveyronnais Roger Serpantié trouvée dans le château, habille un mur tandis que les nombreux sièges s'encapuchonnent de drapés de toile à matelas cousus main.
En face, une chambre à raisins également appelée "fruitier" est un élément de décoration simplement fantastique avec lequel les propriétaires se sont amusés à "conserver", comme il se faisait au XIXème siècle, des rafles de raisins blancs fraîchement cueillies dans la vigne de l'ancien verger.

  • La chambre "Rouquetière" accessible par la petite cour du château se pare de blanc pour mettre en valeur le ton foncé du parquet et d'une vieille armoire cintrée. Lit d'appoint du XVIIIème en fer à baldaquin et miroir biseauté dans un cadre avec accolade.
  • Vieille cage à pans coupés et oiseaux en céramique se reflètent dans le miroir.
  • Détail de la tête du lit en fer rouillé et fleuri datant du XVIIIème siècle.

Ce vieux hangar équipé à l'origine de silos à grains et servant de garage à voitures, est restauré simplement dans le but de montrer le matériau franc comme le bois naturel et la pierre de pays rejointoyée.
Une ancienne vitrine de magasin chinée par Jean se transforme en baie vitrine pour habiller le pignon largement ouvert sur le parc.

Une ambiance atypique, un voyage dans le temps et l'histoire
Un salon avec cheminée se découvre au fond de la grande salle et trouve son intimité grâce à la séparation créée par une ancienne menuiserie vitrée en plein cintre.
Celle-ci provenant vraisemblablement d'une maison bourgeoise de Rodez, a été dénichée dans la longue grange lors de son nettoyage.

À hauteur de la retombée du plafond, un enchevêtrement de bois de cervidés s'organise en périphérie pour nous surprendre et nous émerveiller !

  • Le nom de cette chambre, "La Polonaise", fait référence au mobilier chiné à Rodez par le propriétaire. En effet, le lit à baldaquin "à la Polonaise" ainsi que la coiffeuse, l'armoire et la table de chevet proviennent de Pologne. Ils constituaient la dot de mariage accompagnant une jeune polonaise qui épousa un Ruthénois.
  • La coiffeuse de style Louis XVI avec son décor de guirlandes de lauriers, de nœuds de ruban et de cannelures.
  • Détail du tiroir de la coiffeuse avec son décor sculpté de feuilles de laurier.

Un espace bien-être avec spa, sauna et cabine de massage est créé en 2007 au rez-de-chaussée de la grange ainsi qu'une salle de séminaires. Puis en 2008, nos châtelains achètent une grande parcelle pour créer un parking.
Celle-ci possède une écurie pour la moitié en ruine. Actuellement, en cours de rénovation, cette dernière accueillera bientôt une salle de restauration destinée uniquement aux hôtes du château et s'inaugurera pour le réveillon du nouvel an.

  • La chambre "De Creato" faisant partie du château dans les tons gris, rouge et bois naturel. Son plafond suit les pentes de la toiture. Spacieuse, cette chambre profite des deux petites échauguettes dont le jour traverse les deux portes vitrées.
  • Détail du piano-forte d'époque Restauration Charles X.
  • Le piano-forte avec son piètement en X à crosses, ses pédales à lyre apporte une touche très théâtrale à cette chambre.

Poussés par le désir de toujours faire rêver ses hôtes, Nizou et Jean ont l'idée d'accrocher une cabane dans les frondaisons d'un chêne centenaire au milieu du parc en un lieu où la vue se dégage admirablement sur la campagne environnante.

Réalisé en cèdre du Liban par l'entreprise "Un Nid Perché", ce rêve d'enfant est baptisé "La Canopée" en référence à sa situation dans les feuillages.
C'est aussi un clin d'œil au terme d'origine anglaise (ciel de lit) qui définie bien ici ce "lit dans le ciel" décoré dans un esprit XVIIIème : lustre à pampilles, bois patinés et meubles chinés apportent une atmosphère raffinée et unique.
Grâce à un surprenant décor composé exclusivement d'objets chinés, le Château de Labro vous emporte dans une ambiance particulière, atypique où le temps et l'histoire se déclinent sous toutes les formes. ■

  • Détails de la chambre "De Creato".
Stylisme Laëtitia Rissetto / Photos et Texte Laëtitia & Philippe Rissetto

Ce reportage vous a plu et vous souhaitez être informé des prochaines publications :
Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !



« Château de Labro », Maison d'hôtes de charme, Antiquités, Séminaires, Réceptions, Espace détente
Nizou et Jean Rouquet
Contact réservation : Gisèle Rivière
Labro, 12850 ONET-LE-CHÂTEAU
Téléphone : 00 33 (0)5 65 67 90 62 / 00 33 (0)6 12 99 65 56
Site : http://www.chateaulabro.fr/



Bonnes tables et adresse aux alentours :
  1. "La Maison de Cécile et Aimé", Salon de thé
    8 rue Louis Oustry, 12000 RODEZ
    Téléphone : 00 33 (0)5 65 69 57 97
  2. "L'Auberge du Château", Hôtel, Bar, Restaurant, Traiteur
    Le Bourg, 12330 MURET-LE-CHÂTEAU
    Téléphone : 00 33 (0)5 65 47 71 57 / 00 33 (0)6 66 15 02 93
    Site : http://www.laubergeduchateau.com/
  3. "Le Parfum des Délices", Restaurant
    24 place du Bourg, 12000 RODEZ
    Téléphone : 00 33 (0)5 65 68 95 00
    Site : http://www.leparfumdesdelices.fr/
  4. "Mère Blanc", Linge de maison, Décoration, Cadeaux
    20 boulevard Laromiguière, 12000 RODEZ
    Téléphone : 00 33 (0)5 65 68 00 38


Artiste et artisan cités dans l'article :
  1. "Jean-Paul Douziech", Sculpteur
    7 impasse Louise Marguerite, 94230 CACHAN
    Téléphone : 00 33 (0)1 46 65 26 36
    Site : http://www.douziech.fr/
  2. "Un Nid Perché", Conception et construction de maisons arboricoles
    Rémi Becherel
    "Le Rôle", 24440 SAINTE-SABINE
    Téléphone : 00 33 (0)5 53 22 73 52 / 00 33 (0)6 88 88 58 18
    Site : http://www.nidperche.com/


Livres dans le thème du reportage :
  1. "L'esprit XVIIIe aujourd'hui", de Michèle Lalande et Gilles Trillard, édité par les "Éditions de la Lamartinière"
  2. "Cabanes d'exception", d’Alain Laurens, Ghislain André, Daniel Dufour, Jacques Delacroix et Ingrid Astier, édité par les "Éditions de la Lamartinière"

L'esprit XVIIIe aujourd'hui Cabanes d'exception


Nous remercions Jackie Bru du Comité Départemental du Tourisme de l'Aveyron.
17 rue Aristide Briand, BP 831, 12008 RODEZ cedex
Téléphone : 00 33 (0)5 65 75 55 81
Site : http://www.tourisme-aveyron.com/

19 Commentaires:

Aurélia a dit…

Quel beau reportage qui nous donne envie comme toujours, une belle adresse à noter...merci à tous deux!

21 novembre, 2010
Anonyme a dit…

Très beau reportage comme d'habitude !!!
Mais il faut savoir qu'il ne peut pas s'agir d'une maison d'hôtes, celle-ci étant limitée à 6 chambres.
Douce journée
Luna

21 novembre, 2010
du coq à l'âne a dit…

Une vraie vie de château en somme!
Très ingénieuse l'idée des plafonniers gramophone.
Merci pour ce beau reportage.
ML.

21 novembre, 2010
Valou Le Comptoir de Violette a dit…

En choisissant cet endroit, on doit sûrement vivre un instant de "La Belle au bois dormant"...

21 novembre, 2010
Virginie a dit…

C'est assez impressionnant comme réhabilitation ! quel travail et quel talent !
C'est vraiment magnifique !
Encore bravo pour le reportage

21 novembre, 2010
Véronique a dit…

Excellent reportage ! Je suis admirative de ce talent pour les associations. Et que de bonnes idées ! Une adresse incontournable à découvrir.

21 novembre, 2010
Betty le Mas de Bohême a dit…

SUPERBE MAGIQUE ÉPOUSTOUFLANT !!!
j'aime ce décors totalement inattendu et romantique...
j'ai un petit faible pour la chambre dans la cabane perchée en cèdre...
une bonne idée de week-end, même si je connais bien cette région...
merci pour cette belle adresse de partage

21 novembre, 2010
helena frontini a dit…

Un lieu de rêve. Merci pour me le reportage. Bonne semaine.

21 novembre, 2010
florence goumy a dit…

Une fois encore, un magnifique reportage sur un lieu magique ! merci !

21 novembre, 2010
Claudine Villa Jacaranda a dit…

Superbe réhabilitation menée de main de maître Un très beau reportage ! J'aime les mises en scène avec une préférence pour la chambre La Canopée

21 novembre, 2010
Audrey a dit…

Je crois que tous les mots justes ont été trouvés dasn ton article pour décrire ce lieu : surprenant, magique,... à couper le souffle! Merci pour ce superbe reportage!

22 novembre, 2010
Suzanne a dit…

J'ai passé un moment agréable hier à découvrir et lire ce beau reportage et je reviens aujourd'hui revoir ce lieu magique...
en attendant d'y séjourner bien sûr !

22 novembre, 2010
Anonyme a dit…

J'aime beaucoup l'Aveyron mais je ne connaissais pas cette belle adresse. A découvrir lors d'un prochain séjour. Merci pour vos beaux reportages. Isabelle.

22 novembre, 2010
audelia d'antan a dit…

c'est absolument magnifique!toutes ces suspensions en corolle sont féerique et nous font voyager dans un autre monde!!!!

22 novembre, 2010
Corinne. a dit…

Superbe reportage sur un lieu magnifique !!

23 novembre, 2010
Christelle a dit…

Je n'ai pas assez de mots pour dire à quel point , je trouve ce reportage magnifique !
Merci de ce précieux partage ...pour un peu , je filerais de suite faire ma valise !

24 novembre, 2010
les enfants du marais a dit…

Il y a quelques années ces pavillons et cette fenêtre était resté gravés dans ma mémoire ..je dois dire que vos clichés ont cette magie de faire ressortir des couleurs d'une beauté incomparable ...

28 novembre, 2010

Enregistrer un commentaire

Bonjour et bienvenue ;-)
Avant d'écrire votre commentaire, nous vous recommandons la lecture du sujet "Publication des commentaires" dans les mentions légales. Pour une question ne se rapportant pas au sujet de l'article, merci de vous rendre à la page "Contact" et d'adresser votre demande par courriel.