« Forge de Laguiole »

Une manufacture dans l'Aveyron, héritière d'un savoir-faire ancestral, fabrique pièce par pièce un objet culte redessiné par les designers les plus talentueux du moment.

↓ Passez votre souris sur les images et faites apparaître les légendes↓
La manufacture Forge de Laguiole dessinée par Philippe Starck
  • La manufacture « Forge de Laguiole » dessinée par Philippe Starck avec sa lame de dix-huit mètres de haut.
  • Vaches de la race Aubrac dans les pâturages.

Bien plus qu’un couteau, le "Laguiole" est devenu un objet culte. La manufacture « Forge de Laguiole », dirigée actuellement par Thierry Moysset, l’a bien compris et invite des designers de renom à redessiner le couteau emblématique, histoire d’associer la modernité avec la tradition authentique. Un souffle de créativité sans cesse renouvelé au savoir-faire artisanal des ateliers de cette forge soucieuse de proposer des créations exceptionnelles toujours plus innovantes.
À l’origine, il y a le "capuchadou" , une lame droite toute simple emmanchée dans un morceau de bois. C’est l’outil indispensable du vacher (et du berger) car il pouvait sauver une bête en lui perçant la panse en cas de météorisation grave et malheureusement fréquente.
Comme dans l’Aubrac, le bien le plus précieux est le bétail qui fournit à l’époque chauffage, lait, cuir, viande, autant dire que le couteau ne quitte jamais la poche de l'éleveur qui l’a reçu bien souvent de son père.

La boutique de la manufacture Forge de Laguiole, coutellerie dans l'Aubrac
  • Entrée de la « Forge de Laguiole », au pied de la lame, dédiée à la présentation des produits.
Couteaux Forge de Laguiole ciselés par Virgilio Muñoz Caballero
  • Couteau ciselé par Virgilio Muñoz Caballero, "Meilleur Ouvrier de France" depuis 1986, modèle du centenaire, abeille ciselée main.
  • Et couteau d’antan modèle ananas.
    (crédit Photos© : « Forge de Laguiole » ©)

Ce couteau connait une évolution en particulier grâce à l’exode des aveyronnais vers l’Espagne. C’est ainsi que Pierre-Jean Calmels, forgeron à Laguiole conçoit le premier couteau pliant à cran forcé de Laguiole en 1829 en s’inspirant du "capuchadou" et de la navaja espagnole, rapportée de Catalogne par les saisonniers.

Un savoir-faire ancestral et artisanal
Un ressort pour plier la lame, un manche façonné dans la corne des vaches de l’Aubrac dont la forme prend sa courbe définitive et reconnaissable. En 1840, il y ajoute un poinçon (ou trocard) pour répondre aux besoins des bergers et des éleveurs.
Liée à la vente du vin en bouteilles dans les villes et à la faveur des Aveyronnais partis à la conquête des cafés parisiens, le couteau s’enrichit, vers la fin du XIXème, d’une troisième pièce, le tire-bouchon.

La forge de la coutellerie Forge de Laguiole
  • Dans la forge, les lames sont chauffées à plus de 1000°C puis forgées une à une. Elles sont ensuite trempées après plusieurs opérations toutes réalisées dans les ateliers de la manufacture.
Crampons d'acier avant d’être forgés pour la fabrication des couteaux de Laguiole
  • Les crampons d'acier avant d’être forgés.
  • L’acier français exclusif pour la Forge de Laguiole est découpé en crampons.

Presses modernes et anciennes de la coutellerie Forge de Laguiole
  • Presses modernes et anciennes, modernité et héritage se côtoient au quotidien.
Les "bougnats", effectivement, patrons et garçons de café, fidèles à leurs traditions, formaient une communauté très soudée et éprouvaient de la fierté à sortir le couteau trois pièces de la poche de leur gilet.
Le "Laguiole" se fait connaître par cette occasion et devient un accessoire de ville très prisé de la bourgeoisie de l’époque.

Le Laguiole se fait connaître à la faveur des Aveyronnais partis à la conquête des cafés parisiens

Le manche se taille de multiples décors bien entendu. Il prend corps dans les matières les plus variées et également les plus nobles, il s’orne même de matières précieuses.
Quant à la sculpture qui orne la tête du ressort des premiers modèles connait différentes évolutions stylistiques avant d’adopter ce qui devient l’emblème du couteau de Laguiole : l’abeille.

Cependant la guerre, l’exode rurale et surtout l’industrialisation de la coutellerie voisine de Thiers entraine le couteau aveyronnais dans une crise sans précédent.

Platines et abeilles pour la fabrication artisanale des couteaux de Laguiole
  • Découpe de platine en laiton ou inox, abeilles, fabrication faite à la main dans la tradition.
Cornes de vaches race Aubrac, matière première pour réaliser les manches des couteaux de Laguiole
  • Que serait le "Laguiole" sans la corne, ici la Forge a relancé la fabrication avec de la corne de vache race Aubrac locale.
  • La corne est sciée pour former les parties du manche.

Mais l’Aubrac, berceau de cet objet unique et reconnu, abrite des passionnés qui relancent en 1987, sur son lieu d’origine, la fabrication de ce couteau.
La manufacture « Forge de Laguiole » s'érige sous le trait de crayon du designer Philippe Starck qui traduit parfaitement la philosophie de l’entreprise qui veut allier tradition et création.

La coutellerie relance, à Laguiole, la fabrication de son couteau avec une image tournée vers la modernité.
À travers une architecture de verre et d’aluminium, une lame de dix-huit mètres s’élance dans le ciel aveyronnais. Une image forte qui reproduit avec la courbure du bâtiment, la ligne du célèbre couteau et dessine en même temps la première lettre du mot Laguiole pour symboliser l’activité et le dynamisme de l’entreprise et pour signifier que la légende perdure.
Le couteau se fabrique dans le respect du savoir-faire d’antan dans ses lignes d’origine mais s’inscrit également dans la modernité grâce à la volonté de la « Forge de Laguiole » et au talent des designers du moment.

Stéphane Rambaud, coutelier médaillé à la Forge de Laguiole
  • Du temps, de la patience et du savoir-faire pour réaliser des couteaux d’exception. Ici, Stéphane Rambaud, Médaille d'Or du "Meilleur Apprenti" en 1987, candidat au concours des "Meilleurs Ouvriers de France" 2011, a remporté en 2008 le prix international au Salon IWA de Nuremberg avec son couteau à beurre fabriqué avec une pointe de corne de vache et une lame en inox.
  • Il faut plus de six ans pour devenir "Maître Coutelier", à la "Forge de Laguiole". Les couteliers fabriquent leurs couteaux à l'ancienne en le concevant du début à la fin. Dans la photo de droite, Virgilio Muñoz Caballero a préparé ses commandes qui attendent, de ses mains, les prochaines étapes de fabrication.
Virgilio Muñoz Caballero, Meilleur Ouvrier de France, coutelier à la Forge de Laguiole
  • Virgilio Muñoz Caballero, "Meilleur Ouvrier de France" depuis 1986, possède un savoir-faire exceptionnel et réalise un travail d’orfèvre pour la « Forge de Laguiole ».
    (crédit Photos© : « Forge de Laguiole » ©)

Par la suite, en 1988, Philippe Starck dessine un Laguiole au manche en aluminium poli et à la lame en acier inaltérable, le couteau séduit la France puis les États-Unis et entre dans la collection permanente Design du mythique MOMA (Musée d’Art Moderne).
Deux ans plus tard, Yan Pennor’s se prête à son tour au jeu, et dessine un modèle galbé s’ornant d’une mouche très stylisée pour la « Forge de Laguiode » qui se voit récompensée du Grand Prix Français de l’objet Design par le groupe "Stratégie and Marketing Mix".
Puis, d’autres architectes de renom, des designers émérites et même des maisons de couture célèbres modèlent, avec la manufacture, leur propre vision de ce couteau devenu objet culte, référence design et synonyme d’Art de vivre. Notamment, Eric Raffy, Maison Hermès, Sonia Rykiel, Courrèges, André Putman, Jean-Michel Wilmotte, Olivier Gagnère, Christian Ghion.
Tout dernièrement, invité par Thierry Moysset, le designer Ora-ïto, réinvente un Laguiole futuriste baptisé "Furtivo".

  • Les manches en genévrier (bois local) sont tous façonnés un par un à la lime par les couteliers de la Forge.

La manufacture se visite pour le bonheur et la curiosité de tous et montre l’excellence de son savoir-faire. Une maîtrise de techniques traditionnelles distinguée, même, par le Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie qui lui décerne, en 2008, le label "Entreprise du Patrimoine Vivant".
L'on découvre la manufacture par sa boutique, grand hall de métal et de verre traversé par la grande lame qui prend son essor vers le ciel. Puis, un autre monde s’ouvre dans la suite du bâtiment, dont la courbe symbolise le manche du célèbre couteau, pour nous faire découvrir le cœur de la fabrication.
La « Forge de Laguiode » est avant tout une entreprise à taille humaine, les mains des couteliers et les matériaux utilisés font de chaque couteau une pièce unique.

Parmi les plus belles pièces, on compte celles réalisées par Virgilio Muñoz Caballero, "Meilleur Ouvrier de France" en 1986 et par Stéphane Rambaud, Médaille d'Or du "Meilleur Apprenti" en 1987.
Ils réalisent à la demande des pièces rares, mais également suivant leur inspiration car ce sont des artistes fidèles à l’esprit des anciens couteliers aveyronnais. ■

Atelier de polissage, dernière étape de la fabrication des couteaux de Laguiole
  • Le polissage nécessite un vrai savoir-faire pour réaliser des polis brillants ou satinés parfaits et sans défaut.
Photos©* Laëtitia & Philippe Rissetto / Texte Philippe Rissetto
(*) Excepté les 3ème et 10ème montages : « Forge de Laguiole » ©, avec l'aimable autorisation de Thierry Moysset

Ce reportage vous a plu et vous souhaitez être informé des prochaines publications :
Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !



« Forge de Laguiole », Manufacture de couteaux
Route de l'Aubrac - BP 9, 12210 LAGUIOLE
Téléphone : 00 33 (0)5 65 48 43 34
Site Web : http://www.forge-de-laguiole.com/



Bonnes tables et adresse aux alentours :

  • "Bras", Hôtel, Restaurant, Boutique
    Michel et Sébastien Bras
    Le Puech de Suquet, Route de l’aubrac, 12210 LAGUIOLE
    Téléphone : 00 33 (0)5 65 51 18 20
    Site Web : http://www.michel-bras.com/
  • "Relais de la Vitarelle", Hôtel, Restaurant Falguier
    La Vitarelle, 12210 MONTPEYROUX
    Téléphone : 00 33 (0)5 65 44 36 01


Livre édité sur la « Forge de Laguiole » :

  • "Forge de Laguiole", Voyage au centre d'une légende de Patrice Thébault et Philippe Gagnelet, édité par les "Éditions au fil du temps"

Forge de Laguiole, voyage au centre d'une légende


Film de présentation de la manufacture :

  • Film réalisé pour « Forge de Laguiole » par La Nauze Audiovisuel.



Nous remercions Jackie Bru du Comité Départemental du Tourisme de l'Aveyron.
17 rue Aristide Briand, BP 831, 12008 RODEZ cedex
Web site : http://www.tourisme-aveyron.com/

13 Commentaires:

calinea87 a dit…

Le couteau familial par excellence : chaque membre de la famille paternelle en reçoit un pour ses 13 ans. Je perpétue la tradition avec mes enfants.
Et quand la lame est usée voir quasi disparue, vous y retournez, ils vous la changent.
Aline

01 mars, 2011
Anonyme a dit…

Tradition familiale chez moi aussi, autrefois seuls les garçons recevaient ce couteau, je suis la première à l'avoir reçu à 15 ans(grande fierté !).
Très beau reportage.
jacqueline

02 mars, 2011
Luce a dit…

Reportage très intéressant.

02 mars, 2011
Anonyme a dit…

Très beau reportage de notre patrimoine français ... Quel dommage qu'il n'est pas déposé leur marque ... certains couteaux leur ressemblent et n'ont pourtant rien à voir avec l'excellence d'un vrai laguiole !!!
MarieSo

02 mars, 2011
GRIBOUILLE a dit…

Merci pour ce cours d' histoire!
En espérant que l' Aveyron continuera à voir beaucoup de petits Laguiole pointer le bout de leur lame...

02 mars, 2011
Ma petite brocante a dit…

Un grand merci à Laëtitia pour ce très beau reportage, moi même originaire de l'Aveyron, j'apprécie énormément lorsqu'on met à l'honneur ce très beau savoir faire qui respecte tradition, authenticité. Les aveyronnais sont très fiers de leurs couteaux, dans toutes les maisons aveyronnaises on trouve des laguioles et lorsqu'on se met à table, chacun à son couteau, ainsi les tables se parent de laguioles très différents, c'est sympa.

02 mars, 2011
Aurèle a dit…

Une très bonne idée ce reportage !!! Cela change et j'ai été ravie d'en savoir un peu plus sur la fabrication et l'origine de cette marque si connue et pourtant si malmenée par toutes ces affreuses copies...

02 mars, 2011
Anonyme a dit…

Bonjour
merci pour cette visite
nathou

02 mars, 2011
Christelle a dit…

Après avoir lu ces détails et toutes ces précisions , on regardera autrement ces fameux couteaux qui habillent joliment nos tables !

02 mars, 2011
Anonyme a dit…

merci pour ce beau documentaire ..je ne connaissais pas toute cette histoire et tradition du Laguiole..!!!

04 mars, 2011
Flâneries chics a dit…

très enrichissant ce reportage, merci *

05 mars, 2011
Nelly a dit…

Je connais bien Laguiole et nous avons pas mal de couteaux dont "le" beau dessiné par Starck !!!
Merci pour ce beau reportage !
@ très bientôt
Nelly

07 mars, 2011
deco2filles a dit…

Bravo à tant de noblesse, tant de savoir faire et de caractère. Cette entreprise ressemble à sa région toute aussi belle et toute aussi forte. Nous avons de la chance en France d'avoir tant de savoir faire, il faudrait s'en rendre
compte et arrêter d'acheter dans d'autres pays si lointains.
BRAVO, je suis FAN Caroline de deco2filles

19 avril, 2012

Enregistrer un commentaire

Bonjour et bienvenue ;-)
Avant d'écrire votre commentaire, nous vous recommandons la lecture du sujet "Publication des commentaires" dans les mentions légales. Pour une question ne se rapportant pas au sujet de l'article, merci de vous rendre à la page "Contact" et d'adresser votre demande par courriel.