Séjour à l'Île-d'Yeu

Une maison de villégiature à L’Île-d’Yeu, ancienne maison de pêcheur lovée autour d’une cour, fait le bonheur de Anne, brocanteuse dans l’âme.

↓ Passez votre souris sur les images et faites apparaître les légendes ↓
  • Avec ses allures sauvages, le bout de la plage de la Grande Conche, près de la Pointe des Corbeaux, fait face au continent.
  • Crique encastrée entre deux falaises recouvertes de landes, le Port de la Meule est situé au sud de L’Île-d’Yeu, le long de la côte sauvage. Son feu indique l’accès qui, en forme de L, est invisible depuis la mer.
  • Au fond du Port de la Meule, pittoresque, des petites baraques de pêcheurs et de plongeurs.

Àami-chemin entre Nantes et les Sables-d’Olonne, à l’abri de l’agitation du continent, L’Île-d’Yeu, la plus éloignée des îles de la métropole, appartient à l’océan. Avec sa douce chaleur en été, ses lauriers-roses et ses roses trémières, elle séduit aussi par la simplicité et la beauté de ses constructions.
Maisons de pêcheurs construites en granit et au mortier de terre crue dont les façades enduites sont blanchies chaque année à la chaux.

Classée à l’Inventaire des Bâtiments de France, l’architecture de l’île est soumise à l’identité islaise : un ou deux étages de murs blancs couverts de tuiles rondes.

  • L’entrée de la propriété se découvre dans les méandres d’une venelle bordée d’hortensias en fleurs, de lauriers- roses, d’oliviers et de roses trémières. Pour circuler dans l’île, et notamment aller à la plage, rien de mieux qu’un bon vélo ou un vieux Solex.
  • La maison se love autour d’une cour abritée, c’est l’ancien logis d’un marin de caseyeur (bateau de pêche aux casiers pour la capture du tourteau, de l’araignée, du homard et de l’étrille). La pêche a toujours été une activité majeure à L’Île-d’Yeu. Aujourd’hui, la maison est un pied-à-terre pour Anne qui profite de l’île aussi souvent que possible.
  • Deux transats rapportés du ”BHV” à Paris, s’embellissent de coussins de Marie Bathellier, artiste peintre islaise, chez ”La Fabrique” à L’Île-d’Yeu.
  • Installé devant la véranda dans laquelle il fait bon se prélasser en toute saison, un salon d’été en bois décoloré par le soleil permet de profiter de la petite cour dès le petit-déjeuner.
  • Sur la table du salon d’été, des dessous de verre en liège ”Sophie Janière”, chez ”L’Île aux Cadeaux”.
  • Posé sur l’un des transats, un coussin ”Poissons” de Marie Bathellier, artiste peintre islaise, chez ”La Fabrique” à L’Île-d’Yeu.
  • Épuisettes achetées chez ”L’Embrun” à L’Île-d’Yeu.

  • Sur une étagère de la véranda, contre les vitres martelées de la verrière, une collection de bocaux remplis de coquillages et un voilier miniature, chez « Rêve de Brocante ».
Les couvertures doivent résister aux assauts du vent, aussi les toitures en pente douce sont garnies de tuiles du type “tige de botte” scellées toutes au mortier. Les menuiseries sont peintes de couleurs vives avec le surplus de peinture des bateaux de pêche.

Près du Port de la Meule, l’un des sites les plus romantiques de l’île, le “Bénitier de Granit” comme l’appellent les poètes, la maison de Anne, propriétaire de la brocante en ligne « Rêve de Brocante », constitue sa résidence de vacances depuis 1995.
Se découvrant dans les méandres d’une étroite allée bordée d’hortensias en fleurs, la maison est lovée autour d’une petite cour et profite d’une véranda dans laquelle il fait toujours bon se prélasser.
- C’est une maison de marin de caseyeur, de gens simples sans prétention, sans véritables éléments architecturaux remarquables
, nous confie Anne.
Aussi, la propriétaire qui aime la brocante depuis toujours, la décore simplement avec quelques meubles chinés.

  • Sol en carreaux de ciment coloré ”Carocim”, cage à oiseaux, chez « Rêve de Brocante ». Anne détourne, en table basse, l’ancien tambour du garde champêtre de L’Île-d’Yeu que celui-ci a abandonné en 1968 au profit d’un ”porte-voix transistorisé”.

- En feuilletant la presse déco, j’ai remarqué dans les reportages que les objets dénichés dans les brocantes trouvaient leur place naturellement dans des univers, dans des styles très différents.
Nous sommes effectivement souvent séduits par ces atmosphères habitées et décorées de façon personnelle par des propriétaires qui n’hésitent pas à mélanger les styles et les époques, nous explique Anne.

  • Dans le salon, canapé et coussins ”Habitat”, table de ferme chinée raccourcie pour en faire une table basse, tapis en jonc de mer acheté chez ”Sur-Naturel” à Paris.
  • Composition avec des coraux, des coquillages et une pomme de pin dans un panier en osier.
  • Composition avec des coraux, des coquillages et une pomme de pin dans un panier en osier.
  • Dans son refuge cosy, Anne, propriétaire du site marchand « Rêve de brocante », a su créer une atmosphère ”bord de mer” chargée d’embruns et de souvenirs de brocante.

Il est certain que cela donne une âme et un charme supplémentaires à nos intérieurs ! , ajoute-t-elle.

Après des études d’histoire de l’art à l’ICART, l’école du management de la culture et du marché de l’art, de nombreux stages au marché aux puces de Clignancourt ainsi que chez des antiquaires, Anne travaille pendant 15 ans dans le domaine de la photographie notamment comme agent d’artistes.
Puis, elle quitte la région parisienne pour s’installer en province.
- J’avais envie de savourer au quotidien le calme de la campagne, nous dit-elle.
Enfin, Anne décide de revenir à ses premières amours : la chine et la brocante.
Et c’est ainsi, qu’elle crée son site marchand « Rêve de Brocante », en mars 2014.
Dans celui-ci, elle propose exclusivement des objets de brocante couvrant une période de la fin du XIXe siècle aux années 1960.

  • Dans la chambre de Anne, taies d’oreillers rayées ”Habitat”. Ancien plateau en bois chez « Rêve de brocante ». Bibliothèque recomposée par un brocanteur originaire de Lille.
  • Petite étagère avec bois découpé, chez « Rêve de Brocante », petit panier ”Obsibulle” tressé à partir de tissus recyclés, créé par Sophie Poiraud, chez ”La Fabrique”.
  • Panier tressé en plastique ”Jardin d’Ulysse” et foutas frangés ”Foutamania” chez ”L’Île aux Cadeaux” à L’Île-d’Yeu.
  • Au-dessus d’une bergère, un miroir vénitien acheté dans la brocante de Serge Thuillier à Noirmoutier.

Pour sa maison de vacances à L’Île- d’Yeu, Anne fait réaliser quelques travaux.
Une grosse partie des sols en châtaigner en petites lames est refaite.

  • Dans la cuisine rénovée récemment, s’expose, sur les étagères d’un vieux vaisselier en noyer, un service signé Rouen datant de la fin XVIIIe chiné chez l’antiquaire Serge Thuillier à Noirmoutier. La cuisine équipée a été dessinée et réalisée par Jef Mallet, ébéniste exerçant à L’Île-d’Yeu.

  • La table à manger est dressée avec des assiettes en porcelaine blanche sérigraphiées de la marque ”PPD”, un pichet en verre bleu bullé ”Pomax”, le tout chez ”L’Île aux Cadeaux”.
Elle fait percer des ouvertures supplémentaires, à l’identique de celles existantes, pour gagner en clarté. La cuisine qui avait besoin d’un coup de jeunesse et nécessitait plus de fonctionnalité est dessinée puis réalisée par Jef Mallet, un ébéniste de L’Île-d’Yeu. Celui-ci équipe les façades de poignées en cuir qui apportent une note d’originalité.

Dans ce refuge cosy, Anne a su créer une atmosphère “bord de mer” chargée d’embruns et de souvenirs de brocante. Comme en témoignent ses collections d’objets chinés : des tableaux et des photographies qui parlent de voyages et de rivages lointains, des voiliers en bois usés par le temps et des coquillages joliment exposés dans des verreries anciennes.
Dans le salon, le mobilier a des tonalités turquoise, bleue et verte rappelant les nuances de l’océan Atlantique.
Équipé d’une cheminée, celui-ci invite ses habitants à des moments de détente et de convivialité.
La chambre immaculée de blanc joue sur un registre très cosy.

  • Verres sérigraphiés ”Sophie Janière”, chez ”L’Île aux Cadeaux”.
  • Sur une étagère de la cuisine est alignée une série de pots anciens, chez « Rêve de Brocante », un filet de trois conserves de la conserverie artisanale ”Hennequin” à l’Île-d’Yeu. Bonne idée appliquée par Jef Mallet, les boutons sont remplacés par des petites lanières de cuir. Torchon ”Seashore” de la marque ”Michel Design Works”, chez ”L’Île aux Cadeaux”.

En guise de tête de lit, notre chineuse a détourné une vieille porte qu’elle a décapée afin de retrouver le bois naturel qui se marie parfaitement avec le plancher. Une grande bibliothèque accueille à présent du linge de lit brodé et quelques romans.
La véranda qui a tant charmé la propriétaire lors de l’acquisition se voit rénovée, elle aussi, par la pose d’un sol en carreaux de ciment coloré “Carocim” avec un motif de style rétro.
C’est sa pièce préférée, naturellement, elle fait face à cette cour intérieure si agréable car agrémentée d’un majestueux hortensia, d’une glycine, d’une vigne et de magnifiques rosiers anciens et surtout... exposée plein sud et à l’abri des regards.

Pour les bains de soleil, la cour accueille des transats habillés de coussins de Marie Bathellier, artiste peintre islaise. ■

  • Maquette sous verre réalisée par un marin de L’Île-d’Yeu.
  • Dans l’entrée de la maison, une table d’écriture et un fauteuil en rotin chinés dans le déballage marchand d’antiquités-brocante du Mans.
Stylisme Laëtitia Gleize / Texte et photos© Philippe Rissetto



Ce reportage a été publié, dans son intégralité, dans le troisième tome de la collection "S'inspirer".

Acheter "S'inspirer", tome 3



« Rêve de Brocante », Vente en ligne d'objets de brocante

Site web : http://www.revedebrocante.com

2 Commentaires:

Marie-Anne a dit…

beaucoup de sérénité dans ce lieu !

18 juillet, 2018
nelly a dit…

Nous étions sur l'île d'Yeu la semaine dernière... Un petit paradis :)
@ très bientôt
Nelly

19 juillet, 2018

Enregistrer un commentaire

Bonjour et bienvenue ;-)
Avant d'écrire votre commentaire, nous vous recommandons la lecture du sujet "Publication des commentaires" dans les mentions légales. Pour une question ne se rapportant pas au sujet de l'article, merci de vous rendre à la page "Contact" et d'adresser votre demande par courriel.