Oui by Paulette

Nouveau !

Habitués à mener des projets immobiliers ambitieux, Ingrid et David transforment une demeure dénuée de charme en une maison de famille passée par le filtre pastel de la sérénité et de la douceur... des tons de dragées.

↓ Passez votre souris sur les images et faites apparaître les légendes ↓
  • Accrochées à la façade, d’anciennes lampes provenant d’une usine Peugeot. Lits de camp chez Florence Bouvier aux Puces du Canal de Villeurbanne.
  • La piscine en béton armé est garnie d'un carrelage ardoise, le couronnement est composé de blocs de pierre naturelle de Crillon-le-Brave (au pied du Mont Ventoux, dans le Vaucluse).
  • Table basse et photophore en bois chez La Maison Pernoise à Pernes-les-Fontaines.
  • Des chaises chinées sont repeintes à la bombe, nappe et photophores de table chez La Maison Pernoise.
  • Au fond du jardin, Ingrid et David font installer une pergola qu'ils couvrent de canisses.

C’est aux Angles, près d’Avignon, dans le Gard, que Ingrid et David décident de s’installer le temps de rénover leur nouvelle maison et d’en profiter une petite année.
Ce bien est leur cinquième rénovation.
Vous devez vous demander pourquoi le couple change souvent de résidence.
Ce n’est pas qu’il se lasse, bien au contraire, car à chaque fois, notre duo met dans le projet tout son enthousiasme, son talent et son penchant pour la perfection.

  • On pénètre directement dans la maison par une grande salle dont le premier espace est occupé par la salle à manger. Table en bois et acier, chaises “Tulipe” de Eero Saarinen et chaises scandinaves en tube acier et contreplaqué, le tout chiné à l’une des journées marchandes du Salon professionnel des antiquaires d’Avignon.
    Suspensions “Sinnerlig” en bambou tressé chez Ikea. Tapis chez La Maison Pernoise.
  • Chaise “Tulipe” de Eero Saarinen et coupe à fruits tressée.
  • Pour ceindre la cuisine sans réellement la fermer, les propriétaires ont l’idée d’installer un placard chiné qu’il détourne ici en bar et l’éclaire avec trois suspensions en opaline plissée.

En fait, Ingrid et David aiment les challenges, ils se plaisent à mener des projets. David est maître d’œuvre, alors, on comprend mieux. Quant à leur goût pour le changement, leur penchant pour le voyage... ils l’ont peut-être attrapé pendant les quatre années qu’ils ont passées à Saint-Barthélemy, dans les Caraïbes.
Chacun de leurs projets est comme un défi pour eux. Pour leurs amis, c’est plutôt un sujet de raillerie car il faut dire qu’à chaque fois la maison nouvellement achetée est toujours plus improbable. Les propriétaires eux-mêmes disent de cette dernière acquisition qu’elle ne faisait pas vraiment rêver.

  • Carafe poisson “Fish & Fish” design Paola Navone pour Serax, achetée à La Maison Jouvaud à Avignon. Verres à thé “Artecama” soufflés à la bouche à partir de verre recyclé, chez AM.PM.
  • Étagère grillagée chez Le Repère des Belettes et corbeilles au crochet chez Casa.
  • Le plan de travail de la cuisine et la crédence sont couverts de zelliges achetés aux Comptoir de Ceram à Jacou, près de Montpellier.
  • Brosse de table FSC, inspirée d’une originale datant du XIXe siècle.
  • Applique adhésive “Sticky Lamps” designée par Chris Kabel qui met en scène ici l’ampoule et son emballage, distribuée par Droog.

Malgré tout, ils y ont vu un certain potentiel. Pour Ingrid, ce sont les portes anciennes avec leur patine d’origine qui l’ont séduite. Il y a aussi certains plafonds, à l’étage, avec leurs couvre-joints et leur style médiéval ainsi que le vieil atelier au fond du jardin. Quant à David, très pragmatique, ce qui a retenu son attention, c’est la situation géographique, notamment la proximité des commerces et des écoles pour leurs enfants.
Les propriétaires se lancent ainsi dans les transformations, faisant appel à ces mêmes entrepreneurs qui ont rénové leurs maisons précédentes, et avec qui ils ont tissé des liens solides.

La restitution des plafonds du rez-de-jardin se réalise avec des planches de récupération.
Ce sont, en fait, des planches d’affinage issues d’une fromagerie.

  • Cactus en céramique Bloomingville.
  • Dans le salon, suspension cache-pot trouvée chez Florence Bouvier aux Puces du Canal de Villeurbanne et étoile constituée de branches de bois chez La Maison Pernoise.
  • Posées sur un tri postal trouvé dans Leboncoin, trois petites têtes en terre cuite chinées. Cheval et suspensions cache-pot chez Florence Bouvier. Chaise “Fanett” du designer Ilmari Tapiovaara chinée en ligne chez Maison Simone, dame Jeanne et panier chez Maisons du Monde.
  • Dans la chambre parentale, une étoile en porcelaine chez La Maison Pernoise, posée sur un dessous de plat en coquillage chiné chez Florence Bouvier.

Outre leur saveur esthétique - le bois naturel - les planches font voir, également, le spectre des meules qu’elles ont portées.
De plus, le bois présente des qualités inégalées ayant été coupé “à l’ancienne”, c’est- à-dire pendant les dernières lunes de l’année.
Enfin, pour répondre à la question des plus septiques, non, il n’y a pas d’odeur de fromage dans la maison.
Ingrid et David ont, visiblement, une attirance particulière pour le béton dans toutes ses formes, lissé et ciré, notamment.

  • Simon, David, Violette et Ingrid posent pour un portrait de famille.
  • Dans le salon, un vieux tourniquet à cartes postales de marque Eclor rapporté des Puces du Canal de Villeurbanne. Chinés en ligne, un fauteuil moumoute chez Parenthèse Vintage et une petite étagère modulable “String” du designer Nils Strinning éditée par Tomado chez Brocante Lab. Table basse AM.PM. entièrement relookée par Ingrid.
  • Accroché au mur à la manière d’une tenture, tapis “Somaa”, chez La Maison Pernoise. Petit miroir en rotin en forme de pomme chez Maison Empereur à Marseille. Canapé des années 1960 de Arne Norell pour la marque Circa, chiné.
  • Détail du tapis “Somaa” en bres de palmier sauvage.

Ils apprécient également les carreaux de ciment coloré, de préférence de récupération. L’ultime prestation qu’Ingrid refuse de déléguer est la peinture. En effet, elle préfère réaliser elle-même ce travail de finition, faisant ses propres mélanges dans des tons pastel, des tons de dragées... et pour cause !
C’est ainsi qu’aucun mur n’a la même teinte.
Le mobilier et les objets de décoration sont choisis au détour des brocantes et des boutiques de décoration de la région, et à l’occasion d’une virée aux Journées marchandes des antiquaires d’Avignon ainsi qu’à la Foire Internationale de l’Isle-sur-la-Sorgue.

  • Buffet et miroirs soleils chinés en brocante à Villeneuve-lès-Avignon.
  • Dans la chambre parentale, sur une table de chevet d’internat rapportée d’une brocante en Lozère, une lampe champignon Unilux, des années 1970, chinée aux Journées marchandes des antiquaires d’Avignon. Tête de lit capitonnée AM.PM.

La cuisine, un lieu de rassemblement familial

Il transparaît, dans leur intérieur, une réelle affection pour l’objet chiné, mais le couple aime aussi mélanger les styles afin de créer une atmosphère bien personnelle.
La pièce préférée de la famille est, sans conteste, la cuisine. C’est une pièce qu’ils ont voulu ouverte.
Le bar, placé comme un trait d’union entre celle-ci et la salle à manger, semble délimiter l’espace sans toutefois le fermer.
- C’est là que les invités s’installent, savourant leurs apéritifs autant que la conversation avec leurs hôtes qui concoctent les bons petits plats, juste devant eux, nous dit Ingrid.
Pour les propriétaires, cet espace est un lieu de rassemblement familial et de convivialité par excellence.

  • Dans la cage d’escalier et le dégagement , applique Zangra et suspension au crochet trouvée en ligne chez Les Petits Bohèmes. Grande lettre d’enseigne chinée aux Journées marchandes des antiquaires d’Avignon. Au premier plan, panier en pneu recyclé chez La Maison Pernoise.
  • Dans la salle de bain, à l’étage, le plan vasque est habillé entièrement de zélliges. Appliques articulées chez Weldom, baignoire en acrylique chez Castorama et miroirs Ikea.
  • Dans la chambre de Violette, table cocktail et chaise d’enfant Baumann au design scandinave, l’ensemble chiné en ligne chez Bianca and Family.
  • Chinées en ligne, une table de chevêt d’hôpital vintage chez Leboncoin, et une suspension en métal chez Sur 1 R de Brocante. Lune en tissu chez Les Petits Bohèmes et crocodile en bois patiné chez La Maison Pernoise. Lampions achetés sur la toile chez Sous le Lampion.

  • Ingrid a aménagé son bureau dans le vieil atelier rénové au fond du jardin. Lettres d’enseigne chinées aux Journées marchandes des antiquaires d’Avignon. Applique soleil en rotin et canapé chez La Redoute. Au premier plan, chaise “Wire” du designer Harry Bertoia, de réédition, achetée en ligne chez Maison Simone.
Ils aiment se retrouver dans cette cuisine à tout moment de la journée, se tenir là et discuter avec les enfants, se raconter leurs journées... Simon, le jeune garçon fait ses devoirs sur le bar, sous le regard bienveillant de papa et maman “en cuisine”.
Quand nous avons rencontré Ingrid, celle-ci venait de lancer sa nouvelle activité au sein de son agence d’organisation de mariage dénommée « Oui by Paulette ». Après la naissance de Simon et pour se consacrer entièrement à sa famille, Ingrid arrête alors son métier de juriste, trop prenant. Mais depuis que Violette, son deuxième enfant, a trois ans, son souhait de reprendre une activité professionnelle est plus pressant.
C’est aussi parce qu’il n’empiète pas sur sa vie de famille, qu’Ingrid décide de réaliser un rêve de petite fille, celui d’exercer le métier de wedding planner. Aussi, en Juin 2016, son projet se concrétise avec une raison sociale à la sonorité très vintage. « Oui by Paulette », en effet, évoque, comme Ingrid se plaît à le restituer dans la scénographie de ses mariages, un esprit guinguette, un air de bal. ■

  • Lampe à poser vintage chinée en ligne chez Sur 1 R de Brocante et lampadaire “Böja” en métal et bambou tressé chez Ikea.
  • Guéridon en acier chez La Maison Pernoise sur un tapis rayé “Signe” chez Ikea.
  • Sur le bureau, deux carnets chez Maisons du Monde et la carte de visite d’Ingrid.
  • Bureau Ikea, papier peint “Acapulco” en série limitée chez Le Presse Papier à Lyon et chaise Tolix aux Journées marchandes des antiquaires d’Avignon. Dans un présentoir accroché au mur, une collection de cartes Cinqmai.
Stylisme Laëtitia Gleize / Photos© Philippe Rissetto
Texte Séverine Papot et Philippe Rissetto




Ce reportage a été publié dans le quatrième tome de la collection "S'inspirer".

Acheter "S'inspirer", tome 4



« Oui by Paulette »
Agence de conception et d’organisation de mariages
Site Web : http://www.ouibypaulette.fr/



Adresses citées dans le reportage :