« Comptoir Saint-Hilaire »

Une parenthèse enchantée au «Comptoir Saint-Hilaire», un mas perché sur plus de 50 hectares de garrigues et de forêts au pied des Cévennes. Un lieu d'exception où la décoration revisitée et originale est signée par Catherine Painvin.

↓ Passez votre souris sur les images et faites apparaître les légendes↓
Vue de la terrasse de la maison d'hôtes Comptoir Saint-Hilaire
  • Les vallons verdoyants vus de la terrasse du «Comptoir Saint-Hilaire» habillée de voiles.

L'histoire commence dans les années 90 lorsqu'Alain Georges, homme d'affaires alésien, tombe sous le charme d'une ancienne bergerie du XVIIème siècle à Saint-Hilaire-de-Brethmas.
Au pied des Cévennes, ce mas perché, est entouré à perte de vue de vallons verdoyants parsemés de cyprès florentins, laurier-tins, oliviers et micocouliers tricentenaires qui rappellent les beaux paysages de Toscane.

Le Salon lecture de la maison d'hôtes Comptoir Saint-Hilaire
  • Détails du salon près de la bibliothèque. Le manteau de cheminée est recouvert de planches de récupération. Catherine Painvin a fixé les panneaux d'une armoire disloquée trouvée dans le grenier ainsi que des pampilles et des étiquettes américaines.
  • Sur la table basse faite de vieux plateaux de châtaignier, un chandelier brisé retrouve un piètement de bois.
  • Derrière des coussins en taffetas de soie une bobine de liens pour attacher les sarments de vigne est placée ici comme un objet de décoration.

Le vieux mas domine des vallons verdoyants

Mais les travaux qui attendent la famille Georges ne sont pas des moindres.
Seulement quatre pièces du mas sont habitables alors que celui-ci a un potentiel de 900 mètres carrés et pour le confort, il est des plus rudimentaire. Alain Georges va rénover petit à petit cette bergerie jusqu'en 2004.

La salle de bain de la chambre Dolce Vita, maison d'hôtes Comptoir Saint-Hilaire
  • La salle de bains "Dolce Vita", dans un esprit baroque, invite à la rêverie sous sa voûte d'arêtes.
  • Une chaise "Asiatides" en bois sculpté.

C'est alors qu'il fait la rencontre de Catherine Painvin, fondatrice de la marque «Tartine et Chocolat» et propriétaire de la célèbre maison d'hôtes «Comptoir d'Aubrac».

Une rencontre décisive entre le propriétaire et Catherine Painvin
Lors d'un séjour, il découvre sur les hauteurs du Massif central, un lieu d'exception, unique en son genre, il est tout de suite séduit par cette décoration originale réalisée avec talent et fantaisie par la maîtresse des lieux. Il n'hésite pas une minute et donne carte blanche à Catherine Painvin pour transformer le mas de la Rouquette en maison d'hôtes.

Détail d'une commode accrochée au mur, salle de bain de la chambre Dolce Vita
  • Miroirs découpés par un miroitier suivant la forme de nuages.
  • Une des commodes que Catherine Painvin fait accrocher au mur pour la mettre en scène.

Détails du lit de la chambre Dolce Vita
  • Un montant du pied de lit couronné d'une boule en verre et décoré d'anciennes pampilles.
  • Tête et pied de lit sont recouverts de velours rouge napoléonien. Certains meubles sont placés sur des estrades en bois, sortes de piédestaux.
Les travaux de décoration ne dureront que deux mois mais pendant ce laps de temps, deux couturières à plein temps réalisent les nombreux coussins, ri- deaux et autres travaux d'aiguilles, des entre- preneurs locaux travaillent d'arrache-pied afin que cet écrin scintillant et enchanteur ouvre ses portes en décembre 2005.

Chaque pièce est transformée, métamorphosée

Les greniers de l'ancienne bergerie recèlent de trésors, des vieilles armoires disloquées, des planches usées par le temps, des anciens chandeliers brisés, et tout un bric-à-brac.

Coin écriture de la chambre Dolce Vita, maison d'hôtes Comptoir Saint-Hilaire
  • Miroir et chaise "Asiatides" pour ce coin bureau. Des portraits de mannequins découpés dans des magazines de mode se mettent sous cadres.
  • Photophore en verre pour une ambiance romantique.

Catherine Painvin puise dans cette ressource et s'en donne à cœur joie.
Elle redonne vie, détourne et transforme ces vieux objets ou anciens matériaux.
Du coup, sa décoration est spontanée, opportune, pas du tout conceptualisée.

Une décoration spontanée
Lorsqu'elle tapisse de miroirs certains murs, c'est tout simplement pour inviter la lumière dans les intérieurs. Pourtant, cette notion nous échappe tant on est surpris par la multiplication, la multitude, la répétition mises en place quasi obsessionnelles.
Au «Comptoir Saint-Hilaire», toute chose est dupliquée, multipliée, par 10, 20... par 60.

Bas lambris réalisé avec des torchons brodés, Chambre Dolce Vita
  • Détail d'un torchon monogrammé transformé en bas-lambris pour habiller le soubassement de cette chambre.
  • Des planches de récupération s'intègrent dans des pénétrations de voûtes et se décorent de bougeoirs, flacons d'huile de bains "Amélie et Mélanie" et livres anciens.

Une terrasse couverte de la maison d'hôtes Le Comptoir Saint-Hilaire
  • Sur une terrasse abritée à l'étage, une ancienne porte cloisonne l'espace.
La chambre «Dolce Vita» se découvre par une salle de bains très onirique, un pur récit de rêve.
Couronnées par des miroirs en forme de nuages, deux baignoires côte à côte sont habillées de gros galets empilés sous l'éclairage romantique d'un lustre à pampilles. Accrochées au mur et loin du sol, des commodes jumelles narguent l'apesanteur.
Ici, tout est rondeur, sous la voûte d'arêtes, la courbe se dessine sur tous les objets, les miroirs, les baignoires, le galbe généreux des commodes et la forme des galets. Un savant mélange de volupté et de légèreté où la seule logique se trouve dans le chiffre 2.

«Dolce Vita» une chambre féminine et baroque

La chambre, sous le berceau de sa voûte, se pare d'un délicat bas lambris repensé par Catherine Painvin qui détourne, en effet, des torchons brodés en jouant avec le rythme des monogrammes et des rayures.

La Galerie, détails de bûches
  • Dans une grande salle appelée "La Galerie", des dalles de pierre couvrent le sol et les végétaux glanés dans la garrigue environnante se mettent en scène.

Un lieu voué à l'évènementiel, «La Galerie»

«La Galerie» du «Comptoir Saint-Hilaire» est une longue et haute salle couverte par une verrière, à la fois patio et puits de lumière.
Elle se prolonge de part et d'autre par des salons plus intimes où l'on peut dîner ou organiser des séminaires. Sa décoration change régulièrement selon les évènements et manifestations organisés par le maître des lieux et toujours au rythme des saisons.

Bobines de fil dans La Galerie
  • Organisée sur une table en bois, une collection de bobines de fils de coton.

C'est ainsi que l'hiver s'est mis en scène en accueillant branchages, lauzes, bûches enneigées et stalactites givrées.

Au rythme des saisons
Le soir venu, la grande et belle «Galerie» brille de tous ses feux. Yollène Graindorge, l'hôtesse des lieux, recouvre les tables de peaux de cuir ou de nappes en lin et imagine des mises en table des plus féeriques.

Décoration hivers de La Galerie, Grand salle
  • Une série de tasses dorées illuminent ce décor enchanteur.
  • Les tasses sont posées sur des tréteaux en bois, des petites lampes blanches "Ikéa" cohabitent avec des bobines de fil de coton sur la saillie du mur.

Le thème couleur est toujours respecté comme l'est la règle de l'accumulation, réitérée dans chaque pièce. Des bobines de fil de coton s'organisent sur une table, tandis que de petites lampes blanches s'alignent sur la saillie d'un mur.
Dans cette forêt réinventée, enchantée, des tasses dorées sont posées sur des consoles en forme de tréteaux. Elles nourrissent le mystère et le fantastique, déjà pressentis dans la chambre «Dolce Vita», à la manière d'un conte de Lewis Carroll.

Décor d'hivers de La Galerie, la salle voûtée
  • Pour parfaire cette ambiance hivernale propice à la saison, des branchages enneigées se parent de stalactites.
  • Des cubes de verre imitent des glaçons.
Détails de la décoration de La Galerie
  • Boules de verre posées sur des lauzes et des drapés de fourrure.
  • Un ancien bougeoir se cale avec des galets dans un saut à champagne et s'entoure de diamants en verre.
  • Des roses en carton ciré s'invitent dans ce joli décor.

Lumineuse salle à manger cloisonnée de verre

Les hôtes peuvent également apprécier, le temps d'un petit-déjeuner ou d'un repas, le charme contemporain de la salle à manger à l'étage.
Dans celle-ci, la lumière traverse une cloison de verre empruntée à l'architecture moderne. La réhabilitation d'Alain Georges n'a pourtant pas trahi l'esprit des lieux : la ligne en plein cintre d'une porte dessinée dans le vitrage rappelle les formes et les tracés disséminés dans l'ancienne bâtisse.

La salle à manger du Comptoir Saint-Hilaire
  • Une salle à manger près du ciel.
  • Sur la table recouverte d'une peau de buffle, des épis de blé forment des bouquets dans des coupelles remplies de lentilles.

Dans cette salle à l'ambiance naturelle et sauvage qui nous rappelle un peu la Camargue toute proche, épis de blé, lentilles, riz et autres céréales se mettent en scène dans des bocaux de verre et autres coupelles.
Au côté du grand vaissellier qui meuble la salle à manger, une imposante porte ramenée du Rajasthan suscite la curiosité. Derrière celle-ci, l'on découvre un salon à l'escalier en colimaçon qui s'envole au milieu de la pièce.

La chambre Les Orgues dans l'entrebâillement de vieilles portes indochinoises
  • Derrière l'imposante porte indienne "Asiatides" à deux battants recouverts de métal, le salon de la suite en duplex "Les Orgues" et son escalier en colimaçon.
    Sur chaque côté des portes, l'écoinçon est décoré de panneaux en bois récupérés sur une vieille armoire disloquée.

«Les Orgues» une suite verdoyante

Nous voici dans la Suite "Les Orgues", où une déclinaison de verts rend hommage à la «Bambouseraie d'Anduze» aux portes des Cévennes.
Jarres vernissées et autres poteries se remplissent de bambous, les murs se tapissent d'anciennes affiches de la bambouseraie reproduites maintes fois. Le voyageur est ainsi transporté à Anduze auprès des talentueuses dynasties de potiers et dans l'environnement exotique du parc de Prafrance.

Le salon de la chambre Les Orgues
  • De nombreux vases fabriqués artisalement par la "Poterie de la Madeleine" à Anduze décorent le salon de la suite.
  • Le plateau de la table basse est constitué de carreaux de poterie vernissée détournés de leur premier usage. A l'orgine, ils sont utilisés pour former les faces des cache-pots de jardin. Une jarre miniature de la "Poterie de la Madeleine" garnie d'un taffetas de soie vert.

Décoration de la chambre Les Orgues
  • Dans la chambre, un miroir tapisse le mur et reflète le lit paré de coussins et couvre-lits en taffetas de soie.
Emprunter l'escalier qui s'enroule et vous mène à l'étage, découvrir la chambre de cette suite où Catherine Painvin a joué habilement avec les lignes verticales.
Matérialisées par de simples planches de bois brut, enveloppées de taffetas ou dévoilées derrière le panneau translucide de la tête de lit, ces lignes se démultiplient encore dans le reflet de nombreux miroirs.

Une belle ambiance végétale, une symphonie fantaisiste

Elle utilise tous les supports et les matières pour nous transporter dans une symphonie de couleurs et de fantaisie.
Le parquet en bois se couvre de rectangles de moquette de différentes tailles et toujours dans un joli camaïeu de verts. Les fenêtres s'habillent de rideaux en taffetas soyeux qui lèchent le sol et renvoient un douce lumière dès les premiers rayons de soleil. Des petits miroirs rectangulaires s'alignent au-dessus du lit derrière une ribambelle de tasses.

La chambre Les Orgues de la maison d'hôtes Comptoir Saint-Hilaire
  • Détail d'une ribambelle de tasses formant une frise au-dessus du lit.
  • Des chutes de moquettes ont retrouvé dans cette chambre une seconde vie pour former un tapis très rythmé.

«L'Aube», une chambre chaleureuse et apaisante

Puis comme un enfant qui découvre un monde merveilleux et enchanteur, on ressent l'impatience d'en voir un peu plus.
Continuer ce voyage féerique en découvrant la chambre baptisée «L'Aube» dont l'ambiance est chaleureuse et apaisante.

La chambre L'Aube de la maison d'hôtes Comptoir Saint-Hilaire
  • Superposés pour composer une tête de lit inattendue, des éléments de portes ajourés ramenés du Rajasthan.

Salon de la chambre L'Aube
  • Au-dessus de la penderie, un parterre de gravillons accueille un chandelier décoré de roses en céramique que l'on retrouve sur deux grands vases "Asiatides" et sur la traverse du placard.
  • Coin salon de cette chambre présidé par une armoire à pans coupés zébrés de miroirs.
  • En chevet, une répétition de miroirs pour refléter la flamme d'une bougie.
Celle-ci nous invite à la détente et au bien-être. Des portes ramenées du Rajasthan se superposent pour composer une tête de lit inattendue.
Un petit salon partage cet espace pour s'ouvrir sur une terrasse avec une vue surpren- nante sur les arbres majestueux de la propriété.

La salle de bains avec ses deux baignoires s'inscrit dans la courbe d'une voûte en berceau.
Une profonde et longue banquette lui donne des airs de salon.

Salle de bain voûtée de la chambre L'Aube
  • Applique à pampilles au-dessus des lavabos.
  • Deux baignoires rétro sur pieds "pattes de lion" invitent les hôtes à un face à face. Une verrière métallique inscrite dans le tympan de la voûte inonde de lumière cette grande salle de bains.

Pour parachever ce voyage initiatique, on s'attardera un instant au rez-de-chaussée de la bergerie pour admirer une composition de 60 lampes garnissant tout un mur et leurs 60 reflets dans un décor épuré et minimaliste...
Le mot "accumulation" prend ici tout son sens. Un lieu unique et d'exception qui laisse un souvenir inoubliable aux voyageurs qui, pour un séjour, ont la chance de venir y déposer leurs bagages. ■

Hall d'entrée du comptoir Saint-Hilaire et sa collection de lampes de chevet
  • Situées au rez-de-chaussée, 60 petites lampes "Ikéa" toutes bien alignées sur des planches forment une composition des plus surprenante derrière un jardin zen.
  • Détail du montage de ce décor lumineux.

Photos* et texte Laëtitia & Philippe Rissetto / Stylisme Laëtitia Rissetto
(*) Excepté la première photo du reportage : Alain Georges pour le «Comptoir Saint-Hilaire» © avec son aimable autorisation


«Comptoir Saint-Hilaire», Maison d'hôtes d'exception, table d'hôtes
Mas de la Rouquette, 30560 SAINT-HILAIRE-DE-BRETHMAS

Web site : http://www.comptoir-saint-hilaire.com/
Hôtesse : Yollène Graindorge
Téléphone : 00 33 (0)4 66 30 82 65



Bonnes adresses aux alentours :
  1. "La Bambouseraie", Domaine de Prafrance, 30140 GENERARGUES
    Web site : http://www.bambouseraie.com/

  2. "Poterie de la Madeleine", Route de Nîmes, 30140 LEZAN
    Web site : http://www.poterie.com/

17 Commentaires:

Coeurs et ames a dit…

On prend plaisir à se perdre dans ces univers différents et pourtant complémentaires.
Bises et bon WE

30 janvier, 2010
helena a dit…

Laetitia:
Encore un univers magique. Ton reportage est superbe!

30 janvier, 2010
rêve blanc a dit…

J'ai eu la chance d'y faire un séjour et nous y étions seuls avec Yollène. C'était magique, nous avons pu librement visiter toute la propriété et j'ai hâte d'y retourner.
Merci pour vos reportages de rêve...
Patricia

30 janvier, 2010
Nicky a dit…

c'est un lieu merveilleux. Qu'elle chance ! très beau reportage.. Merci encore

31 janvier, 2010
1 Printemps a dit…

J'avais déjà vu un reportage Tv sur cette superbe maison.
Encore un très beau reportage.
Des bises.

31 janvier, 2010
Vacances en Cévennes a dit…

C'est en effet un lieu magnifique dans une région qui l'est tout autant !

01 février, 2010
carreco a dit…

Une belle adresse à découvrir et un magnifique reportage. Co

01 février, 2010
verofleuri a dit…

c'est fabulueux! merci pour nous découvrir la maison d'hôtes
Je kiffe des bobines !

02 février, 2010
Calirel a dit…

Absolument superbe... merci, une fois de plus, pour ce voyage enchanté de quelques minutes!

02 février, 2010
Anonyme a dit…

Merci Laetitia pour votre petite merveille..
Depuis nos passage dans votre charmante demeure, il ne se passe pas un mois sans que je retourne dans votre blog pour y puiser de merveilleuses idées..

De Suisse , meilleures pensées
Catherine Farron

02 février, 2010
Sylvie a dit…

De magnifiques ambiances, bravo pour le reportage et les photos. Beaucoup de plaisir à la lecture de celui-ci. Merci.
Sylvie

02 février, 2010
Oscar et Lila a dit…

Merci pour ce voyage enchanté dans cette somptueuse maison,le détournement des objets est particulièrement réussi et quelles belles gammes de couleurs dans chaque univers!
Le reportage est superbe,ton magazine merveilleux*
Mille bises
Patricia.

02 février, 2010
Dreamy Whites a dit…

Your blog is so beautiful. Thank you for commenting on my blog. Can I follow your blog?
Take Care,
Maria

09 février, 2010
christales a dit…

que du rêve et du bonheur...
les descriptions sont savoureuses, les photos sublimes...
je connaissais ce lieu enchanteur, de l'extérieur... merci pour ce "séjour -reportage" dans ce lieu magique.
On en demande encore et encore

12 juin, 2010
Nina a dit…

C'est Magnifique, un lieu de rêve!
Bisous

12 juin, 2011

Enregistrer un commentaire

Bonjour et bienvenue ;-)
Avant d'écrire votre commentaire, nous vous recommandons la lecture du sujet "Publication des commentaires" dans les mentions légales. Pour une question ne se rapportant pas au sujet de l'article, merci de vous rendre à la page "Contact" et d'adresser votre demande par courriel.